Le début de l’histoire

A l’origine, il y a le projet Ciné-jeunes

Le projet Ciné-jeunes a démarré en février 2008 à l’initiative de 2 éducateurs au sein de la maison d’enfants Les Nids de Duclair…

SL370868
Projection-débat mensuelle à la grande maison avec vidéoprojecteur et grand écran.

Les principes

La culture est un droit. L’article 27 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 proclame que « Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté, de jouir des arts et de participer au progrès scientifique et aux bienfaits qui en résultent »[…]. Les jeunes placés en institution, du fait de leur vécu, de leur milieu social ou de leurs préoccupations mais aussi peut-être parce que cet aspect de leur épanouissement est parfois délaissé, n’ont pas forcément accès à la culture dans toute sa diversité, qu’il s’agisse de cinéma, de musique, de lecture… Or la culture doit être accessible à tous. Il faut donc leur en donner les moyens, c’est l’objet de notre démarche.

La culture est aussi un support éducatif. Le thème de la culture fait partie du projet associatif de l’Association Les Nids. Un responsable de l’association a dit avec justesse qu’il est important de « mettre le C majuscule de culture au placard de l’histoire des privilèges, pour redevenir ce qu’elle a toujours été : un ensemble de pratiques individuelles et collectives, un domaine où se déroule l’activité spirituelle de l’Homme, son activité créatrice, irremplaçable pour ouvrir les esprits, rendre plus tolérants et aussi, distraire. Dans cette optique large, la culture prend alors toute sa place dans l’éducation et la formation des enfants, dans l’évolution des adultes ».

Avec ce projet d’éducation à l’image, il s’agit bien d’apporter aux jeunes une ouverture culturelle qui participe à leur construction personnelle. Nous voulons leur permettre de développer leur capacité de réflexion et d’expression, leur sensibilité, leur apporter une ouverture sur le monde… Participer à un projet (comme réaliser un film), c’est aussi une expérience humaine enrichissante, qui permet aux jeunes de développer de nouvelles compétences et d’être valorisés.

L’historique et le contenu

Ciné-jeunes a été initié par des éducateurs en février 2008 dont Anne-Sophie Charpy toujours porteuse du projet. L’équipe qui le fait vivre est composée de 3 éducateurs .

Le projet « Ciné-jeunes » s’adresse aux jeunes de 12 à 18 ans de la maison d’enfants  qui viennent sur la base du volontariat. Il fonctionne sur le principe d’un ciné-club, avec la projection de films ayant un intérêt particulier. Il propose une programmation différente, apporte une ouverture culturelle, permet d’aborder des thèmes pertinents pour les jeunes, fait découvrir différentes formes de cinéma… Les adolescents assistent à une séance mensuelle suivie d’un débat au sein de l’établissement. Les jeunes peuvent voir de nombreux films dans des styles et sur des sujets très variés : Juno de Jason Reitman, Le dictateur de Charles Chaplin, Valse avec Bachir de Ari Folman, Goob bye Lénine de Wolfgang Becker, Dog pound de Kim Chapiron, Osama de Sedigh Barmak, Douze hommes en colère de Sidney Lumet, La chambre du fils de Nanni Moretti, My sweet pepperland de Hiner Saleem… Lors des séances, des intervenants peuvent être sollicités : le responsable de l’éducation à l’image du Pôle image, une sexologue, une professionnelle du planning familial… Régulièrement les jeunes peuvent participer aussi à des sorties cinéma.

Depuis fin 2009, un partenariat constructif a été mis en place avec le Pôle Image Haute-Normandie et Pierre Lemarchand. Ce partenariat a permis à l’établissement de bénéficier de matériel de projection (grand écran, vidéoprojecteur), d’avoir des places à tarif réduit chaque année, de réaliser un court-métrage, de bénéficier de parcours personnalisés dans le cadre de 2 festivals locaux, d’avoir des invitations pour des avant-premières.

DSC09088
Alicia, Gilsa, Allison, Estefania, Jessica, Laura au Festival de Dieppe en 2010.

Nous participons à 2 festivals chaque année :  le Festival de Dieppe depuis 2010 et le Festival Du grain à démoudre de Gonfreville l’Orcher depuis 2011. Nous partons alors 2 jours avec 7 jeunes. Ce sont des temps forts très appréciés par les adolescents : ils peuvent voir des films (longs et courts-métrages), rencontrer des réalisateurs, participer à des ateliers…  Les jeunes y voient des films des quatre coins du monde : Afghanistan, Canada, Inde, Mexique… Les sujets parfois graves donnent lieu à beaucoup d’échanges et touchent souvent les jeunes. L’un d’eux a posé des questions au réalisateur afghan Barmak Akram.

BDSC00580
Week-end au Festival de Dieppe en 2014.

En avril 2011, les jeunes ont réalisé un court-métrage « C’est pas parce qu’on est en foyer qu’on doit tout louper » avec la réalisatrice Nathalie Tocque (il est visible sur le site de l’association et sur le site). L’idée est venue d’eux, ils ont été acteurs de toutes les étapes du projet et ont pu le montrer à leurs familles dans l’établissement, au Théâtre de Duclair à un public plus large et au Festival Du grain à démoudre.

Depuis 2008, 70 jeunes différents ont participé à ce projet. Lors des séances, il y a 4 à 15 jeunes, en moyenne entre 7 et 9. Certains sont très assidus.

En mai 2014, Pierre Lemarchand du Pôle Image nous a proposé de répondre à l’appel à projet « Enfance et culture » de la Fondation de France avec le projet A notre image.

Parcours de découverte et de pratique artistiques